Réserve naturelle Las Oncas

Création d'une réserve naturelle protégeant 15 000 ha de forêt primaire au cœur de la péninsule d'Osa au Costa Rica

Un écosystème unique abritant 3% de la biodiversité mondiale

Construction d’une station biologique accueillant scientifiques, étudiants, volontaires, visiteurs et rangers autour de plusieurs programmes de conservation

Une course

contre la montre

Au cours du dernier siècle, près de 60% des forêts primaires de la péninsule d’Osa ont été rasées ou fortement altérées afin de développer l’agriculture et de faire place à des pâturages destinés à l’élevage, et ce, malgré leur importance écologique. Aujourd’hui, la valeur des dernières zones de forêts primaires ayant survécu à la déforestation est inestimable. La plupart de ces terres appartiennent encore à des agriculteurs, pour la plupart désireux de vendre au premier offrant, généralement des géants de l’agroalimentaire (palmiers à huile, ananas, bananeraies, élevage bovin). Leur protection est une urgence, c’est pourquoi nous menons des négociations avec les propriétaires afin d'acquérir ces terres et de les sanctuariser tant qu’il en est encore temps.

Un programme

de conservation

à grande échelle

La zone à protéger représente plus de 15 000 hectares (1,5x la taille de Paris) et est divisée en centaines de propriétés de tailles différentes. En les rachetant une à une, nous protégerons une large étendue forestière, faisant de cet espace une réserve comparable à certains parcs nationaux en termes de taille et de richesses naturelles.

Situées entre le parc national Corcovado et le parc national Piedras Blancas, ces terres représentent le seul corridor biologique encore existant à ce jour. Cet espace clé permet à la faune de se déplacer librement d’une zone à l’autre, assurant ainsi la survie d'espèces en danger, comme le jaguar, sur le long terme.

Un programme

de conservation

à grande échelle

Le jaguar

Plus grand félin d’Amérique, le jaguar (Panthera onca) passe la plupart de son temps caché au cœur de la forêt tropicale. Rares et menacés, seuls quelques individus subsistent sur la péninsule d'Osa. Situé au sommet de la chaîne alimentaire, il remplit le rôle de superprédateur. Ainsi, il agit comme un régulateur empêchant la prolifération de ses proies et maintient l'écosystème auquel il appartient en équilibre. En tant qu'espèce parapluie, ses besoins incluent ceux de nombreuses autres espèces. Sa protection entraîne donc celle de la totalité de l’écosystème dont il fait partie.

En finançant la réserve naturelle Las Oncas, Sauvage rend possible l'étude et la conservation des derniers jaguars de la péninsule d'Osa, permettant de collecter des données cruciales et de répertorier chacun des individus peuplant encore cette zone sauvage et isolée.

Péninsule d’Osa
Costa Rica

Péninsule d’Osa, Costa Rica

La zone à protéger abrite un ensemble d'écosystèmes dont certains particulièrement rares ayant survécu à la déforestation. Majoritairement intactes et pourtant toujours menacées, ces forêts représentent un échantillon unique des différents milieux qui composent la péninsule d'Osa. Située sur la côte pacifique sud du Costa Rica, la péninsule d'Osa est l’une des régions les plus intactes et les plus sauvages de la planète. Unique concentré de biodiversité, ses forêts primaires recèlent à elles seules 3% de la biodiversité mondiale. Cette richesse fait de la péninsule d'Osa une terre ayant l’un des plus grands potentiels pour la conservation en Amérique centrale.

La réserve

En préservant les dernières forêts primaires et la multitude d'espèces qu'elles abritent, la réserve naturelle Las Oncas permettra de sanctuariser l'unique point de passage emprunté par les jaguars entre les zones déjà protégées de la région. Les fonds récoltés par Sauvage permettront le rachat de terres stratégiques, le développement de programmes de conservation et la mise en place d'une logistique adaptée, en vue de constituer une réserve privée, pérenne et indépendante.

Station biologique

Afin d’accueillir la communauté scientifique dans les meilleures conditions, une station biologique dotée de toutes les facilités sera construite au cœur de la réserve. Cette station sera composée d’espaces de travail, d’une salle de conférence et d’une infrastructure permettant d’accueillir les résidents pour des séjours à court ou long terme. Une équipe de rangers sera basée sur place, chargée de patrouiller au sein de la réserve. Las Oncas sera également ouverte aux visiteurs et aux volontaires.

La station biologique accueillera régulièrement des interventions d'acteurs de la conservation lors de conférences ouvertes au public. Ces échanges seront suivis d'expéditions en compagnie de l'intervenant afin de partager une expérience unique et immersive au cœur de la jungle.

Impliquer les

communautés

locales

La dimension sociale est au cœur de la démarche de Sauvage. L'enjeu étant d'impliquer le plus de personnes possible sur le terrain, les missions ont naturellement lieu en collaboration avec les acteurs locaux. Qu'ils soient agriculteurs, anciens braconniers, orpailleurs, mais aussi gardes forestiers, guides ou encore étudiants, tous ont une connaissance précieuse du terrain et font ainsi partie de la solution.

Les jaguars déjà suivis par Las Oncas

Les jaguars étudiés

par Las Oncas

Don Jag
Evander
La Quinta
Leonidas
Lupo
Lwazo
Negro
Nubosa
Rüka
Shāhdosa
Tico
Lada
Cub 1
Cub 2
Tala
Unnamed
Panatico

Support us

En soutenant des initiatives telles que : le rachat de terres pour la conservation, la création d'une station biologique, des programmes d’études et de suivi d'espèces en danger ou encore des programmes de reforestation, Sauvage œuvre pour la préservation des forêts tropicales et de la faune qu'elles abritent. Vous aussi, participez à la protection du sauvage !

5
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Votre donation permettra de protéger

1 m2 de forêt tropicale

The answer is 1 students

Pour en savoir plus rendez-vous sur lasoncas.com